AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

erotomania.

Aller à la page : 1, 2  Suivant



Invité
Invité

Revelio

MessageSujet: erotomania.    Ven 2 Fév - 23:40


werther runge
citoyens & heimdall



« notre destin, c'était de gagner la guerre,
quitte à détruire ce que nous croyions défendre. »


INFORMATIONS
Nom ◆ [RUNGE] Né de mère inconnue, Werther a endossé le patronyme. Comme son père présumé a eu des enfants légitimes (dans le mariage) par la suite, il est l'aîné par la naissance mais le dernier à la succession. Prénom ◆ [WERTHER] Le digne guerrier ou, plus probablement à raison des passions qui conduisirent à sa vie, d'après l'oeuvre de Goethe. Surnom ◆ [WOLFSKINDER] Rendu pour la première fois en territoire allemand alors qu'il avait déjà ses onze ans, Werther est l'enfant sauvage, élevé, disent les rumeurs, parmi les autochtones de l'Afrique coloniale allemande, tantôt cannibales tantôt seigneurs de guerre. [DOCTEUR SAUVAGE] Adulte, Werther a toujours quelque chose de farouche, une étrangeté qui lui fait préférer ceux qui ne sont pas de son espèce et, quelques fois, on lui impute des traitements si monstrueux qu'on ne sait plus qui est le sauvage de lui ou de ses sujets d'étude. Lieu & date de naissance ◆ [RUANDA-URUNDI, 4 AVRIL 1898] Dans l'Afrique orientale allemande, à Usumbura. Métier ◆ [NATURALISTE] Assimilé à un magizoologiste par Durmstrang, il a un spectre de travail nettement plus large et passe plutôt pour un amuseur public avec son musée des monstruo-curiosités. Explorateur, anatomiste et passionné du simili-vivant, on lui prête l'empaillage de toutes sortes d'espèces et des expérimentations sur des humanoïdes. [AGENT DE L'HEIMDALL, CHERCHEUR DE LA DIVISION MJÖLNIR] D'abord approché pour ses compétences de runiste, Werther est un spécialiste des vélanes à qui l'on a confié un échantillon de prisonnières issues de l'Einsicht. Lieu d’habitation ◆ [FRANCFORT, LAND DE BONN] Si la demeure conjugale est sous l'empire des von Böhme, l'atmosphère étouffante du Quartier Bleu a fait refluer Werther vers Hambourg et une garçonnière (dont le loyer est partagé avec deux autres gentlemen), que du reste il ne fréquente qu'en les rares occasions où il quitte le laboratoire d'Heimdall. Statut de sang ◆ [MÊLÉ] Les Runge comptent autant de sorciers que de moldus et ne tirent aucun orgueil d'aucun bord. Classe sociale ◆ [CITOYEN] Issu de la haute-bourgeoisie, Werther mène une vie plus modeste qu'à l'époque de sa scolarité et du grand-train de son diplomate de père. Il est, au demeurant, le seul de sa fratrie qu'on a vu échouer si loin du decorum et de la pompe de la Chambre Basse et des arcanes du pouvoir. État civil ◆ [MARIÉ] En 1924, il épouse Tabea, pupille de l'empire née sur le territoire de Salaga, dont Volker Runge a été, momentanément, le tuteur. [SANS ENFANT] Les épousailles ne sont pas suffisamment consommées pour gonfler un ventre.

Éducation ◆ [DURMSTRANG] Dispensé de premier cycle – années qu'il ne passe pas sur le territoire allemand, Werther intègre le secondaire avec une instruction légèrement déviante (il connait l'anglais mieux que le russe et les runes mieux que le quidditch) mais solide. Gamin brillant mais peu sociable, il est très attentif au classement général et toujours bien positionné, quoi que jamais assez proche de la cime à son goût. Reçu en troisième cycle, il s'acquitte de trois années en magizoologie et se spécialise dans l'étude des hybrides.

Opinion politique ◆ [NEUTRE] On n'a jamais vu Werther voter, ou donner son avis avec autre chose que beaucoup d'ironie. La politique est, à ses yeux, le comble de la trivialité et un sujet trop ordinaire pour qu'il s'y intéresse plus de quelques minutes. Une perte de temps, en sus, dans un régime clairement oligarchique, où il préfèrerait encore des technocrates à des aristocrates, Werther aurait plutôt des sensibilités anarchistes, tendances inexprimables dans la sphère publique.

Réputation ◆ [L'ANORMAL] Il a longtemps été le bâtard, cet enfant sans mère qui a foulé la terre allemande trop tard et que des frères et soeurs plus légitimes ont encore mieux poussé hors du monde commun. Pas que Werther ait lutté contre les abysses qu'on lui faisait car il s'épanouit dans les ombres et ne sied bien qu'à elles. On est toujours trop ou pas assez quelque chose et, pour lui, c'est vrai dans tous les aspects. Là où il aurait pu résister, il a cédé, épousé une nature boiteuse qui le conduit toujours plus sûrement vers la bizarrerie. Ces fantaisies lui sont passées car l'on s'accorde à dire qu'il ne fait aucun mal (encore qu'on ne manque pas d'ajouter qu'il instille, tout aussi gentiment, un malaise très tenace).

Particularités ◆ [APPRENTISSAGE DES RUNES] Son père, Volker Runge, est un maître des runes dûment accrédité par le Collegium et jadis un explorateur. Alors qu'il suivait les avancées coloniales moldues dans les territoires africains puis moyen-orientaux, il a cru bon d'initier Werther à sa discipline. Si le garçon s'est montré à la hauteur, il n'a jamais dépassé le stade d'amateur éclairé. C'est très paradoxalement cet en dehors du Collegium qui a attiré l'attention d'Heimdall.

Sous-groupes ◆ [HEIMDALL, MJÖLNIR, LABORATOIRE DE RECHERCHE RUNIQUE] Werther a petitement contribué à la confection d'Yggdrasil et d'aucuns diraient qu'il a plus de talent que d'intérêt pour les runes. [HEIMDALL, LOKI] Spécialement affecté à l'interrogatoire de vélanes de l'Einsicht (Maja Lehrmann et ses filles, Trine et Natasja), Werther rend compte aux commandants des deux factions.



ANECDOTES
[TRAVAIL] ◆ Partisan de l’acharnement, méthodique et borné, Werther dilapide les heures, les jours, tous les instants de sa vie, à travailler. L’ennui ronge trop vite son coeur et l’immobilisme le terrifie, comme s’il était déjà mort ou, pire, qu’il avait abandonné. Son esprit cavale, les rouages mis en branle par, là, un détail, ça, une anormalité. Il est incapable de repos et de patience, avide de toutes les questions auxquelles apporter des réponses et curieux de tous les mystères à élucider. Jamais repu, Werther ne se satisfait ni de ce qu'il sait ni de ce qu'il comprend et d'aucuns diraient qu'il scrute toutes les anfractuosités du monde pour ne pas lorgner après ses entrailles. [INSOMNIE] ◆ Dès son enfance, Werther ne dormait pas. Déjà, il préfère la nuit au jour, et les heures dormies sont des heures perdues. Et puis on est si seul, le crâne sur son oreiller. Face à soi-même. Plein de silence et de vide. Werther ne saurait dire d'où lui vient cette horreur, sinon qu'il a toujours été infect au moment de dormir et méfiant d'une chambre à coucher. Ce n'est pas par hasard qu'on le retrouve plus facilement assoupi dans un bureau ou un laboratoire que sur le plus confortable des matelas... Et c'est toujours aux confins des réserves de son organisme qu'il consent à se rendre. [VERNIS] ◆ Au premier abord, Werther est un garçon charmant, poli, puis dénote une subtile obséquiosité. C'est un peu trop. Et creux. Et froid. En bon clinicien, il mime ses semblables mais ne leur appartient pas et, tôt ou tard (plus tôt que tard), ils le réalisent tous. Werther ne donne rien de lui-même et surtout pas de l'humanité à laquelle s'accrocher ou, quand on le prend à le commettre, c'est à la fois calculé et ajusté à son interlocuteur. Quelques relations  fort superficielles lui épargnent un trop-plein d'attention et, à l'inverse, les rares sincérités qu'il se découvre l'embarrassent à ce qu'il mette des années à les reconnaître. [ÉCHECS] ◆ Entre autres disciplines qu'il cutive par ennui, Werther s'adonne au jeu d'échecs sorcier depuis qu'un né-moldu Herero (sauvé du génocide de son ethnie à raison de son aptitude à la magie) de la Deustch-Südwestafrika lui en a fabriqué un jeu. Plus que l'esprit tactique et schématique qu'il faut pour être un joueur habile, Werther prend plaisir à mater la volonté de ses pièces. Il les renouvèle si souvent qu'il abrite désormais une collection impressionnante, venue de tous les recoins de l'Empire. En quête du jeu parfait, il bataille avec la loyauté des pièces comme la plupart des sorciers le feraient plus volontiers avec leur baguette. [MUSÉE] ◆ En 1920, il rachète une vieille fabrique de munitions à la Weimar moldue pour la convertir en cabinet de curiosités. Choses et spécimens s'y accumulent jusqu'à arranger un musée des monstruo-curiosités à la périphérie de Francfort, mieux connu sous le nom du Musée Runge. D'aucuns de ses confrères le qualifient d'horreur ou d'obscénité tandis qu'il attire des curieux et de généreux mécènes.



Invité
Invité

Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Ven 2 Fév - 23:41

Histoire

1906 – USUMBURA (TOGOLAND)
Agnese
Il s'est mis à lui donner un nom, parce qu'il était trop seul, trop vide, à la fois déraciné et enchaîné. Agnese. Il pouvait l'écrire cent fois, mille fois, à s'user la carne contre la plume, à faire baver l'encre sur le parchemin. Comme on aurait dit que quelqu'un s'était acharné sur les pages, qu'il voulait qu'on sache qu'il était là, une personne, un prénom, Werther a fini par se convaincre que c'était elle et qu'il n'avait jamais rien écrit. « Qui est ma mère, demande-t-il sans cesse. » « Tu n'en as pas, lui répond constamment son père avec cette douceur aigre, aigrie par la répétition et le mal de chien qu'on voit aux pupilles du garçon. » Mais le petit cabot ne se lasse pas, il annone les lettres sous les draps. A, g, n, e, s, e. Il les voit dans les runes, dans les alphabets primitifs des barbares qu'il rencontre. « Tout le monde en a une, il objecte. Même dans les colonies, même les noirs en ont une. » « Pas toi. » Il n'y a que Werther Runge qui n'ait pas de mère. Peut-être est-il né d'une pierre, d'un fleuve. Peut-être sa mère est-elle une énergie, un vent, une de ces tempêtes de sable qui lui pressent la poitrine et lui picotent les yeux. Plus sûrement, elle est infâme, toute en chair et en sang, pourrie et corrompu. Elle l'a abandonné. C'est ce qu'elles font, paraît-il. Soudain, il se demande : c'est ma faute ? « C'est ma faute si je n'ai pas de mère ? » « Non, Werther. Tu n'en as pas, c'est tout. » Son père devait croire qu'on ne manque pas de ce qu'on ne connait pas mais c'était méjuger l'envi que l’on conçoit de ce qu'ont les autres et qu'on n'a pas soi-même. Quelle mère fait cela ? Qui fait cela ? Et, finalement, il a compris que la question n'était pas qui mais quoi. C'est au détour d'un vieux livre, exhumé de la malle de voyage de son père, que Werther a fini par comprendre : c'est une vélane. Les vélanes abandonnent les enfants mâles. Sa mère, Agnese, est une vélane. Son père n'a jamais su lui faire entendre autre chose depuis.

1924 – FRANCFORT (ALLEMAGNE)
Tabea
Ils se connaissent trop bien. Comme un frère et une sœur. Un parent, en tous les cas, qui sait ce que vous êtes et vous le pardonne, la plupart du temps. L'idée de leur mariage n'a surpris personne, parce qu'il était convenu, consigné quelque part dans les évidences et les vérités de l'univers, qu'ils iraient bien, ensemble. Werther est parfait pour elle ; il est allemand. Et elle... Elle, elle est sincèrement éprise de lui, bien que les raisons en demeurent mystérieuses pour tout à chacun. « Il nous reste une semaine pour les préparatifs inutiles. » « J'adore les chemins de table. » Tabea sourcille mais il est sérieux. Toujours. Souvent. La symétrie impeccable de la table est l'une des rares choses auxquelles il accorde de son jugement – entre deux paragraphes sur la normale intelligence des centaures en milieu sorcier. « C'est ton frère qui a choisi les chemins de table. » « Ah oui, parait-il se souvenir avec une tiède hypocrisie. » « Il y a deux mois, elle ajoute, en même temps que tout le reste d'ailleurs. » À l'autre bout d'une table de salle à manger bardée de livres ouverts et annotés et de parchemins aussi noircis, Werther relève la ligne de son front fatigué de concentration. « Tu n'as qu'à tout changer. » Elle ne l'ennuierait plus avec ces futilités de gens ordinaires. « Si tu crois que ça suffira à faire ressembler tout... ça, à un mariage. » En même temps qu'un cri surpris étouffe entre ses lèvres, Tabea sursaute dès l'instant où la chaise racle brutalement le sol. « Ce n'est pas ce que je voulais dire... Werther. » Les joues rosissent derrière l’ébène, car elles n’ignorent pas la sensibilité imprévisible du jeune allemand. « Qu'est-ce. Qu'est-ce que tu fais ? » En fouillant dans sa veste, il contourne les chaises alignées et s'avance jusqu'à Tabea. « Qu'est-ce que tu fais ? répète-t-elle. » « Si tu veux bien tenir le silence plus d'une seconde… » Sa baguette sortie d'une doublure en lin, il bredouille une incantation et, dans sa paume, un petit boîtier apparait. Un genou rejoint le sol puis, saisi d'un doute qui lui cisaille l’échine et jette un vague embarras dans son ventre, Werther change pour l'autre. « J'essaie de te demander ta main. » Les lèvres de la belle s'esclaffent avec beaucoup de spontanéité. « Qu- quoi, fait-il mi craintif mi vexé, ce n'est pas ainsi qu’ils font ? » La bouche courbe en un sourire attentif, et plus tendre qu'ironique. « Relève-toi, sombre idiot. Ça ne te ressemble pas du tout. » Tabea l'attrape par le col et l'attire doucement à elle. Là, elle marque une distance peu ordinaire pour des fiancés mais naturelle pour eux, et nécessaire pour lui. « Il y a quelque chose là-dedans, au moins ? » Du bout du menton, elle désigne l'écrin. « Je ne sais pas, il admet sans honte ni culpabilité. J'ai convoqué la première chose qui m'est venue à l'esprit… »

1926 – FRANCFORT (ALLEMAGNE)
Trine
Les pieds du tabouret crissent sur le parquet crasseux et des broderies de la robe accrochent l’acajou élimé de la table. « Qu’est-ce que tu lis ? » Sans détacher les rétines de la page, Werther dresse brièvement la couverture et elle comprend tout de suite qu’elle n’entend ni la langue ni même l’alphabet. Un soupir écharpe les lèvres avant qu’un ongle manucuré ne vienne gratter le sommet du papier. « C’est intéressant ? » L’indifférence adverse paraît signer que beaucoup plus qu’elle (encore que, selon son lecteur, l’ouvrage ne mérite pas de figurer dans une bibliothèque décente). « Werther, insiste Trine. S’il te plait. » Il se passe vingt bonnes secondes – pendant lesquelles elle trouve de l’intérêt à n’importe quel quidam – avant qu’il ne dresse le regard, enfin, vers elle. La figure s’illumine, comme une lueur mourante se ravive. « Qu’est-ce que tu fais là ? il demande ce que, manifestement, il est censé demander. » « Je suis venue écouter ta femme. » Elle hausse les épaules pour inventer l’évidence. L’autre n’est pas dupe. D’abord, Tabea est à l’étage et, si l’on perçoit nettement son timbre d’ici, Trine serait plus à son aise parmi la foule amassée là-haut. En outre, toutes les semaines, c’est le même cirque car, toutes les semaines, il s’assoit à cette table, patiente que son épouse ait terminé sa prêche et redescende. Si la première fois Trine était attirée par le discours, elle ne revient que pour la compagnie. Celle-là, au demeurant, est d’assez mauvaise volonté même si d’une certaine qualité. « Elle dit des choses captivantes ? questionne le sorcier. » Cela amuse la femme face à lui. C’est qu’elle ne l’a jamais vu être de l’auditoire et, à lui causer de la situation dans le Quartier Bleu, on douterait qu’il y vit. Trine a tort de prendre cette négligence intrinsèque pour une fissure de leur mariage mais, sur le moment, Werther n’a même pas conscience qu’elle le fait et, de toute façon, aucune envie de la protéger de ce qu’elle souhaite. Ce n’est que plus tard, réalisant ce qu’elle est et le sang qui lui court dans les veines, que le chercheur d’Heimdall se servira de tout, et de tous les vices à sa disposition, pour la faire incliner vers lui. D’ordinaire, jamais Werther Runge n’aurait pris cette femme pour sorte de maîtresse et, d’ailleurs, à qui raconte qu’il est trop libre et trop absent pour être bien fidèle, Tabea rétorque d’un sourire tranquille qui soufflerait : c’est bien la dernière chose à laquelle cet homme-là pense.

1926 – HAMBOURG (ALLEMAGNE)
Maja
« Qu’on s’entende : vous n’allez jamais sortir d’ici. Pas un jour. Pas peut-être. Jamais. Vous allez mourir ici. Je pourrais mentir, et certainement attendent-ils de moi que je vous mente… mais je crois que nous tirerons un bénéfice mutuel à nous montrer honnête l’un envers l’autre. Vous ne pensez pas ? » Sur le seuil de la cellule, Werther se tient dans le contrejour fabriqué par les torches du couloir. Elles jettent leur lumière cruelle au-dedans et découpent la silhouette du jeune chercheur sur le sol brut, nu. La cime de l’ombre jouxte le pied du lit, où la demi vélane est solidement sanglée. Harnachée, pourrait-on dire. Ce n’est pas qu’elle paraisse résister ; depuis qu’on l’a jetée dans le ventre de l’Heimdall, avec ses filles Trine et Natasja, Maja Lehrmann ne dit ni ne fait rien. « Je vais vous demander des choses désagréables, il explique et présente d’une voix si plate, si factuelle, que les mots sont d’une substance différente du timbre, et vous faire des choses déplaisantes. » Il a l’air de chuchoter entre les syllabes : à mon plus grand regret. S’il y prendra du plaisir ? Aucun. S’il le fera tout de même ? Évidemment. Là de son exposé, Werther approche et ses semelles brossent le béton comme l'on préviendrait de ce que l'on fait aussi bien qu'en le disant. Il n'ignore pas non plus qu'il n'est nullement impressionnant. À l'inverse de Maja Lehrmann. Ce n'est pas la première fois qu'il la voit, qu'il la scrute avec un oeil si fixe que c'en frôle l'intrusion, mais il est chaque fois saisi, confus et troublé, impatient et avide, comme s'il n'avait rien vu de plus beau et de plus monstrueux, tout ensemble dans la même enveloppe. Werther devine qu'elle changera sa vie. « J’ai bon espoir que nous finissions par devenir amis, la frôle-t-il du regard. Vous devez vous dire que ça n'arrivera jamais mais pensez un peu à Trine et à Natasja. Elles auront grand-besoin que vous et moi soyons amis. »

HRP
Personnage ◆ Inventé. Face claim ◆ Tom Hughes. Pseudo : J'en ai pas tellement, Dante souvent. Où avez-vous connu le forum : Sur Bazzart. Comment décririez-vous votre rythme RP : Ne vous en faites pas, en général, c'est moi qui m'impatiente... Commentaire : J'en ai PLEIN, et notamment que j'avais fait une liste de petites remarques à force de lire les annexes sauf que, bien sûr, comme une sous-merde, j'ai perdu ce paragraphe. Sans cela, je m'excuse s'il y a des incohérences dans ma fiche, j'affine encore, surtout en attendant des précisions sur Heimdall (donc disons que c'est un premier jet). Je me demandais aussi s'il y avait des grades intermédiaires pour les maîtres des runes (je peux mp qui de droit pour expliquer le pourquoi du comment) et s'il y avait un régime juridique spécifique pour les bâtards de la haute-bourgeoisie (parce que je me suis reposé sur mon droit latin et canon, ah les études trop super, mais ça ne colle pas au monde germanique, donc autant dire que le monde germanique sorcier, voilà voilà)... Et le forum est d'une magnificence magnifique.  hiii

avatar

Walter Davis
Einsicht | Autres

Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Sam 3 Fév - 0:24

Un perso sublime qui s’annonce... C’est encore un délice de te lire. More. sneaky
Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Sam 3 Fév - 1:05

omg, je plussoie, le début de fiche donne envie
d'en savoir plus sur le monsieur ! hinhin
ce choix d'avatar, d'affiliation, tout... ! fun
welcome et bonne chance pour l'écriture de
ta fiche de présentation ! amour

- ♦ -



― pétales d'émeraude, chant d'augurey. ―

Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Sam 3 Fév - 1:26

moi j'ai lu cannibale, ça m'a plu
(nan en vrai, j'ai lu plus que ça, et j'ai aimé) russe
cant wait la suite

- ♦ -

big bad wolf
Ain’t no fairytale What I see in your eyes Awaiting your mistake Not too close, not too far Sneaking in the pain Every truth becomes lie I won’t trust myself Once I hear your call I’m out of my head Of my heart and my mind 'Cause you can run but you can’t hide I’m gonna make you mine Out of my head Of my heart and my mind 'Cause I can feel how your flesh now Is crying out for more

avatar

Konrad Reinhardt
Gouvernement | Autres

Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Sam 3 Fév - 9:35

Heeey kr frou Bienvenue parmi nous plz
Voilà un personnage qui promet, déjà Werther, ce prénom bien drama slurp1 huhu huhu (bref bref, je me contiens) et les informations sont très alléchantes fire
J'ai hâte de voir ce que ce personnage va nous donner, bon courage pour ta fiche kr

Alors pour toutes tes questions je vais t'envoyer un MP, comme ça ce sera plus simple russe smug

- ♦ -

Il y a des gens sans orgueil qui se résignent à végéter sous notre domination. Ils préfèrent vivre avilis sous notre botte que mourir glorieusement pour la Liberté...
Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Sam 3 Fév - 9:40

J'aime. russe Ça fleure bon l'époque et le lieu, ça sent la magie à plein nez, l'ambiance est vraiment sympathique. Et la petite scène dans l'histoire : succulente.

Officiellement bienvenue parmi nous, n'hésite pas à prendre tes aises, je vois que quelqu'un s'occupe déjà de toi. Je passerai outre ce que tu fais subir à mes sœurs vélanes, n'hésite pas à poser d'autres questions si nécessaire. kr

- ♦ -

Ridicule they won't allow Quench abuse and let love flower Rip the cage out of your chest Let the chaos rule the rest

avatar

Magnus Röhr
Gouvernement | Heimdall

Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Sam 3 Fév - 11:03

HE COUCOU smug

Bon bah ça promet, j'ai hâte d'en savoir plus russe Si t'as des questions sur Heidmall, hésite pas à me contacter mon petit ! Mais l'annexe des sous groupe devrait arriver bientôt bientôt, et éclairer ta lanterne,  promis gah

Bienvenue et love sur toi kr

- ♦ -

Cold
Little
Heart.



Invité
Invité

Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Sam 3 Fév - 12:47

@Walter Davis a écrit:
Un perso sublime qui s’annonce... C’est encore un délice de te lire. More. sneaky
Merci hinhin

@Ariel J. Jadefluff a écrit:
omg, je plussoie, le début de fiche donne envie
d'en savoir plus sur le monsieur ! hinhin
ce choix d'avatar, d'affiliation, tout... ! fun
welcome et bonne chance pour l'écriture de
ta fiche de présentation ! amour
J'espère que la suite te plaira, alors. boogeystare

@Wolfgang Lehmann a écrit:
moi j'ai lu cannibale, ça m'a plu
(nan en vrai, j'ai lu plus que ça, et j'ai aimé) russe
cant wait la suite
Non mais je te comprends, j'ai hésité à écrire "cannibale" 1384 fois et à poster dans les fiches terminées. mdr Arrow

@Konrad Reinhardt a écrit:
Heeey kr frou Bienvenue parmi nous plz
Voilà un personnage qui promet, déjà Werther, ce prénom bien drama slurp1 huhu huhu (bref bref, je me contiens) et les informations sont très alléchantes fire
J'ai hâte de voir ce que ce personnage va nous donner, bon courage pour ta fiche kr

Alors pour toutes tes questions je vais t'envoyer un MP, comme ça ce sera plus simple russe smug
Encore merci pour le mp x3 Et je comprends pas ce que tu veux dire... du drama, quel drama ? stp

@Hilda Jörgen a écrit:
J'aime. russe Ça fleure bon l'époque et le lieu, ça sent la magie à plein nez, l'ambiance est vraiment sympathique. Et la petite scène dans l'histoire : succulente.

Officiellement bienvenue parmi nous, n'hésite pas à prendre tes aises, je vois que quelqu'un s'occupe déjà de toi. Je passerai outre ce que tu fais subir à mes sœurs vélanes, n'hésite pas à poser d'autres questions si nécessaire. kr
Je fais rien, madame. Juré, madame. hide (et merci beaucoup pour les compliments, j'essaie de soigner une fiche pas trop sale.)

@Magnus Röhr a écrit:
HE COUCOU smug

Bon bah ça promet, j'ai hâte d'en savoir plus russe Si t'as des questions sur Heidmall, hésite pas à me contacter mon petit ! Mais l'annexe des sous groupe devrait arriver bientôt bientôt, et éclairer ta lanterne,  promis gah

Bienvenue et love sur toi kr
Patron gah Je vais sagement patienter et bosser le côté civil de Werther, dans ce cas. Et si jamais je pue la patience, je te harcèle... genre, c'est probable. fire



Invité
Invité

Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Lun 5 Fév - 19:26

Bienvenue par ici !

Je te tire mon chapeau pour avoir réussi à reprendre les bandes bleues dans la partie histoire, quand j'ai fait ma fiche j'ai essayé mais comme je suis mauvaise j'ai abandonné xD.

Bon courage pour le reste de ta fiche en tout cas !



Invité
Invité

Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Mar 6 Fév - 11:19

Natalia Winkler a écrit:
Bienvenue par ici !

Je te tire mon chapeau pour avoir réussi à reprendre les bandes bleues dans la partie histoire, quand j'ai fait ma fiche j'ai essayé mais comme je suis mauvaise j'ai abandonné xD.

Bon courage pour le reste de ta fiche en tout cas !
C'est le compliment... le plus chelou qu'on m'ait jamais fait. mdr
Mais je prends, faut pas renier ses talents. Merci ! ange
Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Jeu 8 Fév - 19:15

Ce métier. Cette origine. Ce lieu de naissance. Cette plume. stare
J'en veux plus plus plus. C'est magnifique et ça donne envie de tout savoir sur ce charmant jeune homme. Bienvenue donc et bon courage pour l'écriture ! ananas

- ♦ -


Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Sam 10 Fév - 13:06

Plus vite. Plus fort. mmh
(Rien de tendancieux, s'entend.)

pour rester dans le thème pokémon:
 



Invité
Invité

Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Dim 11 Fév - 16:42

@Paul Lindemann a écrit:
Ce métier. Cette origine. Ce lieu de naissance. Cette plume. stare
J'en veux plus plus plus. C'est magnifique et ça donne envie de tout savoir sur ce charmant jeune homme. Bienvenue donc et bon courage pour l'écriture ! ananas
J'espère que la suite (et fin) te plaira, alors. Merci !

@Maja Lehrmann a écrit:
Plus vite. Plus fort. mmh
(Rien de tendancieux, s'entend.)

pour rester dans le thème pokémon:
 
T'es tendancieuse, vieille meuf. mmh



Invité
Invité

Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    Dim 11 Fév - 23:31

Ohh un membre d'Heimdall ! Bienvenue ici, et bon courage pour ta fiche qui est déjà bien avancée :feels:



Contenu sponsorisé


Revelio

MessageSujet: Re: erotomania.    

erotomania.

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Revelanda Arcanis :: SALON DU CHILL :: Archives :: Fiches Oubliées-
Sauter vers: