AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Es ist mein Teil - Magnus

Revelio

MessageSujet: Es ist mein Teil - Magnus   Es ist mein Teil - Magnus EmptyLun 26 Fév - 21:17

« Alors festoyez, mes amis, car aujourd’hui vous êtes les héros de l’Allemagne. Festoyez, mais n’oubliez pas que notre mission ne sera achevée que lorsque l’Allemagne aura retrouvé sa gloire d’antan. Avant la guerre, avant Grindelwald, avant la corruption. Nous devons retrouver la fierté d’être Allemand, celle que nous perdons jour après jour depuis un quart de siècle. »

« Festoyez », « festoyez », tu aimerais pouvoir festoyer, mais impossible de boire ni d’avaler quoi que ce soit. Oh, ce n’est pas la nouvelle de la capture de Grindelwald qui t’importune. Au contraire, tu es le plus heureux des hommes, même si tes sourcils sont restés intensément froncés depuis le départ des troupes d’intervention. Ils sont beaucoup, à être venus te voir, comme des petits cabots tournoyant allègrement autour de leur maître. Et bon enfant comme tu peux l’être, tu leur as rendu leurs bourrades au centuple, riant bruyamment comme une caverne, et les renvoyant bouler pour qu’ils aillent boire un coup. Et toujours, tu te retrouvais de nouveau seul, le front assombri, préoccupé par quelque chose. Tu aurais voulu ne pas l’être ; tu aurais voulu pleinement profiter de la victoire, ne penser à rien d’autres que la fin des combats.

Tu avais écouté le discours de Magnus avec une gravité incongrue, comme s’il ne vous disait pas tout, comme s’il te cachait quelque chose. Il ne s’agissait pas de la hâte de connaître le déroulé précis des opérations -tu aurais le droit à mille et une versions de ce qui s’était passé, dans les jours à venir. Ça n’était pas la crainte de l’annonce du décès de l’un de tes petits protégés -avec le temps, tu avais arrêté de compter. Il s’agissait plutôt de ce à quoi il ne devait pas penser, en vous annonçant tout ça. La victoire était vôtre, mais votre mission était loin d’être terminée. Et tout portait à croire que tu avais encore du mal à t’approprier la susdite victoire. Parce que tu n’avais pas participé aux opérations décisives. Parce qu’il vous restait encore tant de choses à régler.

La victoire était vôtre, mais pour le moment, tu étais toujours autant mort.
Ce à quoi Magnus ne devait certainement pas penser -et au fond de toi, tu lui en voulais un peu-, c’était de savoir si, à présent, tu avais le droit de revenir à la vie. Tu ne pourrais tolérer de ne pas faire partie des escouades coursant les derniers membres de l’Einsicht. Par pure revanche, sans doute ; mais aussi par minutie. On n’était jamais mieux servi que par soi-même, et tu étais le mieux placé pour savoir où la vermine de l’Einsicht allait se réfugier. Dans les semaines à venir, les environs de Stuttgart allaient voir galoper des troupeaux de loups et de vampires, rentrant à la mère forêt, la queue entre les jambes.

Tu attends qu’il clôture son discours avec l’impatience d’un chien qui attend son maître sur le pas de la porte. Magnus est à peine descendu de l’estrade que tu te glisses à ses côtés, avec autant de discrétion que pouvait le permettre ton imposant gabarit. « Il faut qu’on parle » que tu lui intimes, aussi grave que s’il s’agissait d’une dispute de couple. Autant te dire qu’avec une mine pareille, Sonja aurait aussitôt deviné ce que tu lui voulais ; raison pour laquelle tu allais d’abord faire les yeux doux à Röhr. Sans lui laisser un temps raisonnable pour répondre -il ne s’agirait justement pas que Sonja vous tombe dessus, elle avait le don de sentir tes manigances à des kilomètres à la ronde- vous vous dirigez vers son bureau.

Pendant que vous descendez jusqu’au quatrième étage, quelques gueux vous font la fête sur le chemin. Tu les flattes et les repousses habilement, leur laissant l’impression que « ouais, c’est ça, vive l’Heimdall, sauf que là, papa et maman doivent discuter ».
Magnus ouvre son bureau, et tu t’y engouffres avec la précipitation d’un coupable. On va finir par croire que tu fais bien trop de manières pour ce que tu allais lui demander.
Et effectivement, tu ne lâches pas un mot, comme si toute cette petite mascarade n’était pas de ton initiative. Tu le laisses tourner en rond, avant de croiser les bras, le dos calé contre la porte, un sourire, l’air de rien, entremêlé dans ta barbe rousse. « Bon, c’est quoi le plan maintenant ? » Et, à voir les veines palpiter sur tes mains, on se doute que tu avais d’ores et déjà tes petites idées en ce qui concerne le plan en question.

- ♦ -

big bad wolf
Ain’t no fairytale What I see in your eyes Awaiting your mistake Not too close, not too far Sneaking in the pain Every truth becomes lie I won’t trust myself Once I hear your call I’m out of my head Of my heart and my mind 'Cause you can run but you can’t hide I’m gonna make you mine Out of my head Of my heart and my mind 'Cause I can feel how your flesh now Is crying out for more

Magnus Röhr

Magnus Röhr
Gouvernement | Heimdall

Revelio

MessageSujet: Re: Es ist mein Teil - Magnus   Es ist mein Teil - Magnus EmptyMar 13 Mar - 23:42


Es ist mein Teil
Le discours a été écrit la veille par Sonja. Magnus l'a appris rapidement, mais il sait déjà depuis longtemps ce qu'il dira à ses troupes le jour de la capture de Gellert Grindelwald. Alors qu'il s'adresse à ses hommes, rassemblés devant lui, il garde l'air grave. Il ne lâche rien, Magnus. Il est connu pour ça. Et aucun de ceux qui portent son artéfact ne doit l'oublier. Ils doivent tous, bien au contraire, garder à l'esprit que leur guerre contre l'Einsicht est loin d'être terminée. Cette victoire n'est pas une fin en soi, elle est simplement dans l'ordre des choses. Mais c'est une victoire malgré tout. Une victoire de taille. Et elle mérite d'être fêtée. Les hommes méritent, le temps d'une soirée, de s'enivrer, de rire, de danser et d'oublier les combats, rien qu'un moment.
Avec la bénédiction du général.

Quand il terminer son discours, le sous-siège d'Heimdall raisonne des acclamations  et des cris de joie. Magnus applaudit en retour, sobrement certes, mais feignant parfaitement d'avoir l'air satisfait.

Car, malgré la victoire, malgré le triomphe, Magnus est tout à fait insatisfait. Il s'est laissé distraire ce soir. Et devant ses hommes, qui plus est. Maudites Hilda.

Mais il n'en montre rien. Il serre quelque main, félicite quelques soldats, échange des accolades. En  bon leader, Magnus se mêle à la foule. Qu'ils en profitent, il ne fera pas cet effort très souvent. D'ailleurs, ça ne durera pas bien longtemps à en croire l'ai grave que Lehmann lui lance tendis qu'il se glisse près de lui. « Il faut qu'on parle. » Magnus ne répond pas, mais loin de l'ignorer complètement, il prend déjà la direction de son bureau.

En chemin il salue encore quelques partisans, leur serrant la main, échangeant quelques mots de bon coeur. Il prend tout son temps et Wolfgang derrière lui, s'impatiente, il le sait. Tant pis pour lui, le loup n'a qu'à apprendre la patience. Mais en vérité, Magnus est presque reconnaissant à Wolfgang de l'arracher à ses obligations. La migraine, comme toujours, bat contre ses tempes, et la journée a été longue. Un peu de calme ne serait pas de refus. Même si cela implique de supporter des divers caprices de Wolfgang.

Il finit par atteindre le bureau, Wolfgang accroché à ses talons. Il ouvre la porte et entre; Lehmann la referme derrière eux. Il ne dit rien. Bien entendu, il ne dit rien. C'est typique de Lehmann, ça: attirer l'attention puis ne rien dire après, comme s'il n'avait rien fait de particulier. Parfois, Magnus ne sait pas si le loup-garou tient plus de l'adolescent en mal de reconnaissance, ou du chien fidèle avide de flatterie  probablement les deux. Cependant, ce soir, il lui semble évident qu'il a quelque chose derrière la tête. Mais Magnus ne demande pas. Il n'a pas que ça à faire. D'un air distrait il dépose sur le bureau le parchemin sur lequel était écrit le discours, et jette un œil à de la paperasse qui traine là. Puis il se dirige vers un placard, ignorant toujours à moitié la présence de Wolfgang. « Bon, c’est quoi le plan maintenant ? » finit-il par lâcher. Ha. Magnus a un petit rire. Il attrape une bouteille. « Ne sois pas si hâtif, Wolfgang », il dit en servant deux verres. Il n'en pense rien. S'il y a une chose que Magnus apprécie chez Wolfgang  c'est bien sa promptitude à aller détruire ses anciens alliés; et ce, à la première occasion. Il lui met l'un des deux verres dans la main. « Nous fêtons une victoire ce soir », fait-il en levant légèrement le sien. Magnus connait deux remèdes contre les migraines: les potions de Sonja et la vodka. Ne pouvant disposer du premier pour le moment, il se rabat sur le second. Après tout ce soir c'est jour de fête. « Bois », il ordonne à son Capitaine, après avoir bu une gorgée de son propre verre.

Sachant d'avance que cette réponse alcoolisée ne satisfera pas Wolfgang, il retourne près du bureau et s'y appuie, lui faisant face. Il le jauge un moment avant de reprendre la parole, d'une voix calme, plus lente que d'habitude. « Maintenant, nous allons regarde l'Einsicht s'entre-déchirer », commence-t-il. D'un léger mouvement, il fait tourner le liquide liquoreux dans le verre. « Les différentes branches vont être trop occupées à tenter de savoir qui les a trahis pour s'occuper de nous. » Avec un peu de chance la tête d'Anke tombera d'elle même. Son regard se perd quelque peu dans le vide. Celle d'Hilda aussi peut-être ? l'idée le contrarie. Il la rejette.  « Nous n'aurait qu'a venir détruire ce qu'il restera quand ils auront fini de s'entre-tuer. » Un léger sourire étire ses lèvres et son regard se pose à nouveau sur Wolfgang. « Mais toi » il le désigna d'un geste. « Ce que tu veux savoir, c'est quand, n'est-ce pas ? » Oui, il devine l'impatience de Wolfgang. Nul besoin de légilimencie pour cela. Il le connait déjà assez bien. Wolfgang est aussi dépendant qu'un enfant et aussi fidèle que chien; mais c'est un loup avant tout. Et le loup a soif de liberté.


- ♦ -

Cold
Little
Heart.
Es ist mein Teil - Magnus

Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Wrath of Magnus et Silver Tower
» Les boulimiques
» Grand gourou a dit.....
» CPM: Wrath of Magnus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Revelanda Arcanis :: LAND DE HAMBOURG :: Hambourg :: Siège de Heimdall-
Sauter vers: