AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Eisengriff | ft. Silke

Revelio

MessageSujet: Eisengriff | ft. Silke   Mar 10 Avr - 10:22

Eisengriff
Elle aimerait imploser, Kora. Le palpitant s'afflige entre les côtes, tambourine sous le sternum. Le sang pulse, vrombrissements dans les veines. Le moteur s'affole. L'encre noire lui brûle les rétines. Tandis qu'un agent ouvre un placard, elle tend à s'énerver, mais se ravise. L'inutilité de la rébellion est palpable à même l'atmosphère de la pièce. Tandis que ces Messieurs semblent encore hésitants quant au destin de leurs hôtes. Kora reste de marbre. Contemple en censurant ses pensées furieuses. Tout ceci n'est qu'aberration. Tout ce qu'il s'est passé depuis le Tribunal. Tout ce qu'il s'est passé depuis l'arrivée des Américains. Elle qui n'apprécie guère leur caractère, voilà qu'elle est dans l'obligation de leur ouvrir sa porte. Dire qu'elle croyait que l'Einsicht était un problème majeur. Voilà qu'on lui offre pire vision encore. Le soldat le plus grand a dit s'appeler Johnson. Typique du cliché américain, Monsieur se trouve être un puissant être au regard de fer, et aux biceps bien marqués sous l'uniforme. Les traits de son visage reflètent un homme froid et plutôt cynique. Pourtant le voilà qui se froisse, alors qu'il s'approche un peu trop près de Geist. Le Fléreur s'hérisse devant le touriste qui s'invite chez lui. Reflet des véritables pulsions du cerveau de Kora. Miroir de son inquiétude et de son agressivité dissimulées. « Il n'apprécie pas les étrangers. » Johnsson s'écarte en murmurant quelques injures entre ses lèvres. Son supérieur, le Colonel Peterson, bien ancré dans son costume, se teinte de mépris. Son regard jaune pisse semble soudain s'éveiller. « Est-ce une remarque raciste, Madame Schäfer ? » Madame Schäfer en personne se met à sourire. S'aurait pu être une blague plutôt désastreuse, mais voilà que les Américains ne parviennent même pas à comprendre ce qu'elle dit. Elle les pensait sots, voilà qu'elle le croit fermement. « Etrangers à mon cercle d'amis proches, Colonel, ne vous méprenez donc pas ainsi. »

Imbus de leur personne, sans nul doute. Kora offre un regard à son animal, tandis que celui-ci tente de se calmer en fuyant simplement le buffet. Se réfugiant sur la plus haute armoire de la pièce, il se roule en boule et retient sa rage. Kora aurait souhaité le laisser exprimer toute sa peur et son agressivité, mais il est des temps où, parfois, il est préférable de garantir sa propre sécurité. « Il est notifié sur notre dossier que cet appartement est votre résidence secondaire ? » Kora acquiesce en silence. « Et que votre résidence principale se trouve être un élevage de créatures magiques ? » Et de nouveau, elle hoche doucement la tête. « Ne serait-ce pas un lieu plus adéquat pour un Fléreur à caractère sauvage et difficile de contrôle ? » Kora arque un sourcil. L'épine lui transperce la carotide. S'attaquer à ses Fléreurs n'est que piètre idée. Ou du moins l'estime-t-elle, car elle n'est guère plus compatissante lorsqu'on s'attaque à l'un de ses enfants. « Si Geist était hors de contrôle, il vous aurait déjà vidé de votre sang. » Le Colonel se cabre. Kora ressent toutes ses défenses se mettre en place une à une. Des devants qu'elle sentait venir, et qu'elle prend plaisir à voir s'agiter. Alors que Johnsson s'éloigne le plus possible de l'armoire. « Est-ce une menace ? » Kora attire son verre de vin à ses lèvres et en fait dévaler une gorgée dans sa trachée. « Un fait, Colonel, ou plutôt un fait non-avenu puisqu'il n'en est rien. Geist est sous mon total contrôle, et je possède toutes les autorisations quant à sa présence auprès de moi. » Le Colonel se renfrogne. Johnsson, lui, passe près de Kora pour tenter d'ouvrir une commode derrière elle. Elle arque seulement un sourcil. « Voudriez-vous également vérifier mes jupons ? » Le soldat s'empourpre. Mais c'est bel et bien le Colonel qui répond. « Ce ne sera pas nécessaire. » Il vérifie ses papiers, un à un, semblant chercher quelque chose. Kora se contente d'attendre, en jetant un oeil à ses Fléreurs. Geist, en compagnie de Sieben, sur l'armoire. Nacht, camouflé sous le buffet. Aucun ne semble apprécier les deux messieurs venus fouiner. « Possédez-vous d'autres créatures magiques ici ? » Kora croise doucement les bras. « Si c'est le cas, vous aurez encore, sous les yeux, toutes les autorisations que je possède. » Le Colonel soupire ouvertement, et dépose - ou plutôt envoie valser - ses documents sur la table. « Vos autorisations ne m'intéressent pas. Il se trouve que toute créature magique égale ou supérieure à un niveau de dangerosité 2 vous sera immédiatement confisquée. Un appartement en plein centre-ville n'est certainement pas un lieu adéquat pour disposer d'un monstre. » Alors le Colonel s'approche d'un pas. Il encombre un peu plus son espace vital, mais Kora ne bronche pas. Elle n'a aucunement peur d'un crétin habillé en pantin. « Votre attitude me déplaît fortement, Madame Schäfer. Je vous conseille fortement de nous laisser faire notre travail, et de vous montrer un peu plus coopérative, si vous ne désirez pas être dans l'obligation de devoir prouver que vos doux animaux de compagnie sont aussi malléables que vous le prétendez. » Kora demeure droite, immobile. Elle ne baisse pas les yeux. Elle ne l'a jamais fait devant qui que ce soit. Et elle ne le fera pas aujourd'hui non plus. « Il serait bon de travailler le ton de vos menaces. Elles sont aussi peu efficaces que les mensonges pathétiques de votre Leader. » Pourtant, malgré l'orgueil, elle se tait. Elle boit simplement une gorgée plus prononcée que la précédente. Pour annihiler l'envie de l'écorcher vif. « Mon Colonel, j'ai trouvé quelque chose ! » Alors Kora offre un sourire au Colonel. Et le Colonel s'écarte.

- ♦ -


K o r a
Revelio

MessageSujet: Re: Eisengriff | ft. Silke   Mer 18 Avr - 22:01

« Your heart hits like a drum, the chase has just begun. Monsters stuck in your head, monsters under your bed. »
I.3. | 16 Février 1927, 18h | Appartement de Kora Schäfer, Hambourg


Aussi exaspérants soient ces américains, ils apportent avec eux une multitude d'occasions. Leur « Grand Recensement » a cela de ridicule que ceux qu'ils espèrent attraper ne possèdent le plus souvent rien, pas même un foyer. Tout ce qu'ils y gagnent en vérité, c'est un peu plus de colère, leurs pieds frappant dans une fourmilière déjà enragée. Mais ce recensement est aussi une opportunité, une chance pour l'Einsicht. Que Silke s'est empressée de saisir. Sa cible ? Kora Schäfer. Celle qui a osé la pourchasser, il y a maintenant deux ans, et dont elle devine sans peine l'allégeance. La bourgeoise a eut l'intelligence de ne pas insister, sans doute trop occupée à chasser une autre proie... Et après ce jour, elle aurait d'autres problèmes autrement plus gênants que l'Einsicht, au moins pour quelques temps.

Le plus ennuyeux, ce sont ces maudites barrières magiques et les contrôles qui les accompagnent. Les toits lui offrent cependant un passage plus discret, et la voilà bientôt à se laisser glisser le long des briques, ses doigts agrippant les aspérités pour éviter la chute. C'est sur un balcon que ses pieds se posent enfin, devant une porte-fenêtre aux rideaux tirés. Fait rare, la dhampir sort sa baguette. Il lui faut toute sa concentration pour faire tourner la poignée depuis l'intérieur. La baguette disparaît à nouveau dans l'ample manteau noir alors qu'elle se glisse dans l'appartement.

Une chambre, immense, et décorée plutôt chichement. Sans surprise, la Schäfer ne manque pas vraiment de moyens. Silke s'attarde, ouvrant les tiroirs pour y jeter des regards curieux. Quelques bijoux attirent son regard, et d'un geste preste elle empoche un collier. La petite Helena le trouverait sûrement à son goût. Elle continue sa visite, tendant simplement l'oreille pour s'assurer de ne pas être surprise trop tôt. Mais il n'y a rien d'intéressant dans cette chambre, aussi avance-t-elle dans l'appartement. Elle découvre un salon, certes très charmant ; mais de l'autre coté de la pièce se tient un homme, lui tournant le dos. Penché sur un meuble, il ne l'a pas encore remarqué. « Mon Colonel, j'ai trouvé quelque chose ! lance-t-il. » Silke se fait ombre silencieuse, traversant la pièce avec la légèreté et la rapidité d'un serpent. L'acier mord la gorge avant que l'homme n'ait le temps d'émettre le moindre son. Le saisissant par la taille, elle accompagne en douceur sa chute jusqu'au sol. Le sang s'est répandue sur la commode devant lui, tâchant l'objet qui s'y trouve. Un œuf d'Occamy, reconnaît la dhampir. À son tour, celui-ci file dans une de ses poches. Le Colonel arrive, et sans grande discrétion, aussi adopte-t-elle la tactique la plus classique qui soit. Dissimulée derrière la porte, elle attend qu'il entre pour enfoncer sa lame entre ses côtes, jusqu'à la garde. Un cri de colère lui échappe, suivi d'un bruit de gargouillis, le sang postillonnant de sa bouche pour souiller son bel uniforme. Cette fois, elle ne cherche plus à être discrète - c'est inutile. Le corps tombe avec un bruit sec sur l'élégant tapis.

Elle n'attend pas que les autres soldats arrivent pour s'élancer vers la pièce suivante. La dhampir ne tire aucun plaisir de cette boucherie, mais estime que le résultat en vaut largement la peine. Les trois hommes restés dans la salle à manger l'accueillent par des sortilèges qu'elle évite avec peine, en se précipitant vers le premier. En quelques gestes, elle envoie voler sa baguette et plie son bras dans son dos, se servant de lui comme bouclier humain. Un silence de mort tombe sur la pièce, chacun se jetant des regards en biais. Mais Silke n'est pas là pour négocier, aussi elle n'attend pas qu'un des américains ouvre la bouche pour parler et de toutes ses forces, elle pousse celui qu'elle tient contre un autre, avant de bondir sur le troisième. Un maléfice l'effleure, puis la baguette de l'homme tombe au sol quand son poignet se brise dans un bruit sec. Elle n'a pas le temps de faire les choses proprement, aussi se contente-t-elle de planter son couteau plusieurs fois dans l'abdomen. Les yeux écarquillés de l'américain la saisissent soudain, quand elle remarque sa jeunesse - il ne doit pas avoir plus de vingt ans. Mais l'hésitation disparaît aussi vite qu'elle est apparue. Il ne s'est pas encore effondré qu'elle est déjà sur sa prochaine cible. Le dernier tente bien de lui résister au corps-à-corps, ses doigts lui attrapant la gorge, mais il est déjà en train de se vider de son sang. Rapidement, sa poigne se défait et il tombe à genoux comme les autres.

Son travail est terminé mais son œil accroche la silhouette toujours agonisante du plus gamin d'entre eux, et dans un soupire, elle s'agenouille pour y mettre un terme définitif. Il ne peut rester aucun survivant, ou l'enquête serait rapidement bouclée. Les doutes sur la culpabilité de Kora Schäfer doivent persister aussi longtemps que possible.

La-dite Kora n'a curieusement pas cherché à intervenir, mais Silke a quand même gardé un œil sur elle pendant toute la durée du combat - recevoir un sort dans le dos ne faisant pas partie de son plan. Encore maintenant, elle jette des coups d’œil méfiants tantôt à la femme, tantôt à ses bêtes tapies sur un meuble. Celles-ci vont-elles lui bondir dessus ? Elle préfère se tenir prête à leur ouvrir le ventre si besoin. La dhampir enjambe les cadavres jusqu'à la table, puis sort un mouchoir en tissu de sa poche. « Désolée pour le ménage. » L'excuse est lâchée platement ; si ironie il y a, la voix est trop froide pour en avoir la certitude. Elle essuie sa lame puis la range, avant de plier soigneusement le mouchoir, de le poser sur la table et d'y placer l’œuf. « Ces messieurs ont été fort grossiers de vouloir vous arracher un bien si précieux. » C'est à peine si sa poitrine se soulève encore, son souffle légèrement altéré par l'effort. La tension dans son corps s'envole petit à petit lorsqu'elle quitte cet état de concentration, de contrôle, que nécessite le meurtre. Enfin, elle tourne assez la tête pour adresser un sourire en coin à la Schäfer. « Je me doutais que vous ne portiez pas les américains dans votre cœur, mais pas au point de les laisser se vider de leur sang à deux pas de vous. Peut-être mon intervention n'était-elle pas nécessaire, peut-être étiez-vous sur le point d'en faire autant ? » Le sourire se transforme en moue espiègle, la dhampir se mordant la lèvre dans une mimique presque hilare. Il faut le dire, tout de cette situation l'amuse, et ce malgré le danger de leur proximité. Elle feint la tranquille confiance de celle qui se pense inatteignable, mais n'est pas assez stupide pour ne pas se méfier. Elle s'approche pourtant, assez pour se verser un verre de vin sous le nez de Kora. Les sens en alerte, elle lui tourne le dos juste assez longtemps pour aller s’asseoir à l'autre bout de la table. « Combien de temps pensez-vous que l'enquête durera ? Sera-t-elle plus rapide en faisant disparaître les corps, ou si vous prétendez les avoir trouvé ainsi ? » Le ton est celui de la conversation. Comme si elle ne venait pas d'apporter à Kora de très gros ennuis, comme si elles n'appartenaient pas à deux camps qui se déchirent. Le vin lui réchauffe agréablement le ventre, tandis qu'elle scrute la Schäfer par dessus le bord du verre. « M'attraper pourrait mettre fin à toutes suspicions, de toute évidence. Mais je crois que vous êtes une femme intelligente, Frauer Schäfer. Vous savez exactement quand vous arrêter. » Les yeux de la dhampir parcourent avec indolence les uniformes ensanglantés qui jonchent le sol. « Pas comme eux, qui sont aussi piètres combattants que menteurs. Décidément, à quoi sont-ils bons ? »

- ♦ -

If you're not angry, you're not paying attention.
Sometimes, the world doesn't need a hero. Sometimes, what it needs is a monster.
Revelio

MessageSujet: Re: Eisengriff | ft. Silke   Ven 20 Avr - 14:30

Eisengriff
I y a un souffle, soudain. Un souffle froid qui lui fait tressauter les vertèbres. Un souffle glacé qui lui hérisse l'épiderme. La mort s'invite dans son salon. Un prédateur rôde ici et là. Quelque chose qu'elle ne connait pas. La Dame zieute la pièce voisine, tandis que le Colonel s'apprête à y pénétrer. Un instant, Kora se demande si l'un de ses Fléreurs auraient pu être à l'origine d'une attaque sournoise. Elle jette un oeil à l'armoire, où Nacht et Geist se pelotonnent plus encore l'un contre l'autre. Le plus jeune des deux plie ses oreilles. Quelque chose cloche. Il le sent, lui aussi. Instinct hérité des créatures qu'elle élève, peut-être, ou simple instinct de survie. Une intuition que les Américains ne semblent pas posséder. Ils sont davantage occupés à tenter de trouver l'objet qui pourra l'inculper. A croire qu'ils agissent dans l'unique but de remplir le plus possible leurs geôles. Escroquerie internationale qui lui met le feu aux tripes. Mais le feu s'intensifie, flamme pernicieuse, lorsqu'un bruit lui arrive aux oreilles. Un cri étouffé par le sang. Un cri déjà funeste. Elle recule d'un pas. A peine le Colonel s'est-il effondré que ses compagnons tombent un à un. Comme des moustiques écorchés par une bombe anti-insectes. La scène est trop rapide pour qu'elle puisse y prendre part. Elle se demande même si elle en a réellement envie. Le palpitant grince sous la carne, cherche davantage d'oxygène dans l'air teinté de rouge. Les doigts ne cherchent pas sa baguette. Celle-là qui, pourtant, n'a pas encore reçue la censure promise par les Etats-Unis d'Amérique. Il n'y a que Sieben qui surgit de la chambre, affolé, cherchant les bras d'une mère protectrice. Il grimpe à l'armoire à une vitesse plus soutenue dans l'assaillant. Se réfugie auprès de ses pairs, troisième rouage d'une pendule amorcée. Kora contemple le poignard qui ruine doucement la vie ici-bas. Elle regarde attentivement les courbes se déchaîner contre les artères. Et le sang, qui coule par terre. Le chaos, puis la plénitude. La tempête, puis le calme plat. Tandis que le monstre apaise sa danse funèbre, Kora peut enfin voir son visage. Visage peu méconnu, puisqu'elle l'a déjà vu auparavant. Parmi les ruelles de la ville, dissimulé dans les ombres. Leurs regards s'étaient croisés, visiblement toutes deux en quête de quelque chose, ou plutôt de quelqu'un. Les nombreuses informations obtenues en devenant Commandante avaient mis un nom sur ce visage, et, pourtant, Kora n'en avait jamais plus reparlé. Ses plans sont achevés depuis quelques mois, déjà, et la Bouchère n'en fait pas partie. N'en faisait pas partie, devrait-elle désormais employer. Car elle-même se tourne vers l'intéressée, satisfaite d'un travail acharné. Seule chose que Kora ignore : le pourquoi d'un tel massacre. Mais elle suppose qu'elle ne tardera pas à le découvrir.

Geist crache, un peu plus en hauteur. Mais il est loin d'être stupide, alors il ne s'approche pas. Kora sait qu'il n'y a nul besoin de lui donner un ordre contraire. A dire vrai, elle n'est pas sûre qu'il y survivrait. Et même si elle sortait sa baguette maintenant, les chances de gagner la confrontation sont minces. Kora préfère milles fois chercher les informations nécessaires à sa compréhension avant d'agir inutilement. Pourtant, lorsque les excuses arrivent à ses tympans, elle se demande quelle stratégie serait la meilleure à adopter. Indécise, pour le moment, si bien qu'elle reste muette. Lorsque la Bouchère sort l'oeuf de sa poche, Kora pense en premier lieu qu'elle s'en servira contre elle. Mais rien ne vient, si ce n'est le dépôt du minuscule foetus enfermé dans la coquille auprès d'elle. Elle se contente de le contempler, un instant. Elle l'a reçu il y a peu et il constituera certainement son tout premier Occamy. Une créature particulièrement belle, mais aussi plutôt dangereuse si l'on ne parvient pas à la contrôler. Aucun remerciement ne surgit de ses lèvres. Pourtant, elle se veut soulagée de récupérer son bien. A l'écoute de son interlocutrice, cependant, son attention se perd dans les méandres du temps. « Il est certain que je ne leur accorde aucune affection. Mais aucun d'entre eux ne méritaient tel sort. » Pendant un instant, elle regrette d'avoir laissé les choses finir par un tel drame. Mais elle préfère se persuader que son intervention aurait certainement signé sa mort. La blancheur de l'oeuf attire une seconde son regard. Elle se demande ce qu'auraient fait les Américains de cette mine de diamant brut. Elle préfère ne pas y penser. Eviter l'amertume et la colère, pour éviter de se sentir coupable de ne pas regretter leur fin. Elle reste de marbre, tandis que la Dame se retourne pour se servir tranquillement un verre. Kora observe, Kora regarde, mais ne bouge jamais. Elle n'est pas sotte. Et elle analyse la situation avec le plus de détails possible. Tandis que son invitée fait vriller l'espace-temps. « Le temps que cela prendra dépendra certainement de quelle tête tentera de la résoudre. J'imagine que si un Américain s'empare de l'enquête, je serai certainement jetée sous les barreaux avant même d'avoir ouvert la bouche. » Elle conclue. Elle n'est pas anxieuse. Elle réfléchit. Kora est toujours sereine, lorsqu'elle réfléchit. Elle a appris depuis longtemps que toute source de négativité pouvait perturber le fil de sa raison. Que va-t-elle faire, alors ? Elle ne le sait pas encore. Tout ceci est trop soudain, et particulièrement difficile à gérer. « J'ose à croire que vous avez raison. » Alors elle se contente de s'asseoir, à son tour. Geist crache plus fort, du haut du meuble. Mais il ne bouge toujours pas. Kora se contente de boire. Plus que d'habitude, mais cela, nul autre qu'elle le sait. « Vous avez bien joué. Il est clair que vous jouez bien. Ce n'est pas la première fois que j'ai l'occasion de le constater. » Il y a son visage, dans la nuit, qui lui apparaît encore. « Je suppose que nos chemins ne se croisent pas par hasard, cette fois-ci. » Son regard perce le sien, comme une épine chercherait des réponses en transperçant les synapses. « Pourquoi avoir attendu toutes ces années ? Pourquoi cette nuit, pourquoi ici ? Une partie de chasse ne vous a-t-elle jamais suffi ? »

- ♦ -


K o r a
Revelio

MessageSujet: Re: Eisengriff | ft. Silke   Ven 4 Mai - 18:29

« Your heart hits like a drum, the chase has just begun. Monsters stuck in your head, monsters under your bed. »
I.3. | 16 Février 1927, 18h | Appartement de Kora Schäfer, Hambourg


La blonde paraît étonnament calme, pour quelqu'un dont la salle à manger est jonchée de corps. Ce n'est certainement pas le premier massacre auquel elle assiste, ni ne sera le dernier, Silke devine. « Je n'ai jamais affirmé qu'ils méritaient la mort. Je ne suis ni juge ni dieu, Frauer Schäfer, seulement le bras armé de ceux qu'on cherche à écraser. Cela dit, votre objection de conscience est respectable. » Rien de personnel dans la mort de ces hommes, quoi qu'il y ait certainement quelque mauvais sentiment à savoir que les américains sont en quête des membres de l'Einsicht, et n'hésiteraient pas à jeter les possibles monstres qu'ils trouveront au fond d'une geole. Rien de différent du gouvernement allemand, cependant, si ce n'est qu'il est un peu plus hypocrite dans sa manière de faire.

La dhampir hoche doucement la tête, quand Kora formule sa première hypothèse. Bien sûr, un Américain s'empresserait de l'envoyer derrière les barreaux en moins de temps qu'il n'en faut pour dire fléreur. Mais elle ne doute pas que la blonde trouverait un moyen que quelqu'un d'autre ait la main sur l'enquête. Dans le même geste que Kora, Silke boit quelques gorgées d'alcool. Juste assez pour se réchauffer le ventre, après cette folie. Un peu de sang ne serait pas de refus non plus, mais elle attendrait d'être de retour à la forêt noire pour cela. Hors de question de laisser une trace de dents sur la nuque de l'un de ces imbéciles - ce serait mâcher le travail de la brigade d'investigation.

Le regard de Silke se fixe sur Kora, quand les mots se font trop doux à son goût, trop caressant. La sorcière cherche-t-elle à l'amadouer comme on calmerait une bête sauvage ? Comme l'une de ses bestioles, toujours tapies sur l'armoire ? Son sourire flotte, pas encore tout à fait envolé mais hésitant, dans l'attente de la question qui ne manque pas d'arriver. Elle attend que le silence s'instaure entre elles, avant de trancher celui-ci. « Que de compliments. » Du bout des doigts, elle apporte le verre à ses lèvres. Elle a toujours aimé ce genre de mise en scène. S'assurer d'être écoutée, d'une telle manière que la discussion se change presque en danse. Tout faire pour que l'autre soit suspendu à ses lèvres. « Vous avez raison de ne pas croire au hasard. Mais dois-je vraiment m'étendre sur les raisons de ce numéro ? » Elle secoue doucement le menton. Bien sûr, qu'elle a envie de s'étendre ; d'expliquer avec moult détails pourquoi ici, pourquoi cette nuit. « Aucune partie de chasse ne me suffira jamais, tant qu'Heimdall ne sera pas un nom oublié, et les cendres de son cadavre dispersées aux quatre coins de l'Allemagne. » Elle détache les mots avec lenteur, presque avec tendresse. La voix est pourtant calme et froide ; la colère est tapie, rôde au fond des yeux sans qu'elle la laisse s'échapper. « Les américains ne sont qu'une opportunité, un prétexte. Vous vous en doutiez, même si vous posez la question. Au fond, vous le savez très bien, qu'il ne s'agit jamais que d'une distraction. » La fin du verre de vin glisse sous sa langue. Elle croise délicatement les doigts au dessus de la table, sans lâcher des yeux l'adversaire. « Vous n'êtes pas la cible, Kora, ou au moins une de nous serait déjà allongée parmi les américains. La cible, c'est le monde dans lequel vous vivez. Je me bat depuis 26 ans, alors que sont quelques années d'attente ? »


- ♦ -

If you're not angry, you're not paying attention.
Sometimes, the world doesn't need a hero. Sometimes, what it needs is a monster.



Contenu sponsorisé


Revelio

MessageSujet: Re: Eisengriff | ft. Silke   

Eisengriff | ft. Silke

Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Exposition Barbie à Hambourg (et surtout plein de photos à découvrir !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Revelanda Arcanis :: LAND DE HAMBOURG :: Hambourg :: Habitations de Hambourg-
Sauter vers: