AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

cash — i forgot what t feels like to regret my sins

Revelio

MessageSujet: cash — i forgot what t feels like to regret my sins   Dim 15 Avr - 15:04

ACHIM & KAMALA
I would have come for you. And if I couldn't walk, I'd crawl to you, and no matter how broken we were, we'd fight our way out together — knives drawn, pistols blazing. Because that's what we do. We never stop fighting.

Achim n'est pas sorti de chez lui depuis presque cinq jours maintenant.

Il est malade. Et puis surtout, il est blessé. Impossible de l'expliquer à quiconque, alors il a préféré prendre ses cliques et ses claques et s'enfermer dans l'imposant appartement berlinois qu'il a acheté il y a quelques années maintenant. Edith est de retour à Durmstrang, plus en sécurité que jamais — normalement. L'arrivée des américains l'a rendu anxieux, très anxieux, surtout parce qu'il n'a rien vu venir et que tous les informateurs qu'il paie grassement pour le tenir au courant des affaires du monde (des mondes) n'ont rien vu venir non plus. Il aimerait pouvoir mettre tout le monde au même endroit, quitte à les enfermer, pour s'assurer qu'ils aillent bien: mais Achim ne peut pas montrer son inquiétude, et encore moins sa faiblesse, alors il n'en fait rien. Il a gentiment accueilli les agents allemands et américains quand ils sont venus pour le Grand Recensement fouiller leur maison et mettre des anneaux runiques autour de leurs baguettes; le soir-même, il s'est procuré deux baguettes "libres" pour Kamala et lui. Hors de prix, bien entendu, malgré une composition médiocre — mais apparemment, ils ne sont pas les premiers, ni les derniers a essayé de mettre la main sur de tels artefacts qui sont désormais illégaux et le mettraient dans un pétrin pas possible si on les voyait en sa possession.
Achim n'a pas mis longtemps à essayer sa nouvelle baguette, allant lui-même sur le terrain mener des négociations pour lesquels il enverrait normalement un jeune employé déterminé à faire ses preuves. Il a été ramené à l'entrepôt qui abrite les agissements de leur organisation en sang et fiévreux, délirant à cause du maléfice qu'il a reçu en pleine tête; sa seule consolation, c'est que l'autre négociant allait être incapable de faire des affaires avec quiconque d'autre, puis qu'il a laissé son cadavre derrière lui.

Ils se sont débarrassés du corps pour lui et l'ont soigné et ils ont prévenu Kamala alors qu'Achim leur avait spécifiquement demandé de ne pas le faire. Il n'a même pas attendu que sa chère et tendre moitié professionnelle les rejoigne pour partir, laissant juste le mot derrière lui qu'il avait besoin de temps et d'espace, et qu'il avait de toutes façons de nombreuses choses à organiser pour tout le monde et pour le groupe avec les nouvelles régulations américaines. Temps, espace, et silence.
Berlin. Il aime bien cette ville. Il s'y passe toujours quelque chose. Il préférerait y vivre, plutôt qu'à Bremen, mais Helen n'a aucune envie d'abandonner son fief familial, même si son sang a tant tendance à lui tourner le dos. Y vivre seul ne le dérange pas tant que ça ceci dit, il aime bien avoir la liberté d'y faire ce qu'il veut quand il veut. Même si le Gouvernement travaille dur pour que cette liberté soit amenuisée. Il a entendu à la radio qu'un couvre-feu était installé à partir de onze heures du soir pile, à l'échelle nationale.

Il va vraiment falloir qu'il commence à trouver des solutions.

Une seule bonne chose au niveau du couvre-feu: au moins, personne ne va venir l'emmerder après cette heure-là. Ainsi est-il plutôt surpris qu'on frappe à sa porte à une heure du matin passée. Il s'attend presque à ce que ce soit la milice, ou un représentant du Gouvernement américain; ceci dit, ils ne s'encombreraient pas de la politesse de frapper à la porte avant de la défoncer pour venir lui adresser la parole si c'était le cas. Alors Achim — incapable de dormir, en train de lire un livre en siphonnant une bouteille de bourbon — ne se presse pas trop pour aller ouvrir, et ne pense même pas à enfiler des vêtements au-dessus des bandages qui lui traversent le torse. Il les change lui-même depuis qu'il s'est exilé, depuis le début de la semaine, et ça lui fait mal de lever le bras même pour enfiler une chemise; comme personne ne l'a vu depuis plusieurs jours, inutile de s'habiller.
Il devrait certainement être méfiant, mais l'alcool a émoussé ses sens. Il a sa baguette à la main ceci dit — comme toujours, c'est devenu une extension de sa main à ce stade — quand il défait les trois verrous de la porte avant de l'ouvrir.

Kamala rentre dans son appartement comme une furie et, comme une danse parfaitement chorégraphiée, Achim ferme le battant derrière elle et refait tous les verrous avant de faire volte-face pour la regarder. Elle a l'air un peu ébouriffée et sans un mot, il tend ce qu'il tient dans la main qui ne manipule pas sa baguette: la bouteille de bourbon, sans bouchon, qu'elle attrape sans hésiter. “ T'as la tête de quelqu'un qui n'a pas passé une bonne soirée. ” C'est presque naturel, alors qu'ils ne se sont pas adressés la parole pendant des jours. Il aime bien ça avec Kamala. Ils peuvent passer des jours et des jours à s'ignorer — quoique ce soit rare — et toujours retomber dans leurs bonnes habitudes. Achim grimace un peu, la vieille douleur sous son aisselle se réveillant avec son bras tendu, avant de reprendre le chemin du canapé sur lequel il était allongé. Il est soudainement très conscient que ça sent le fauve, qu'il ne s'est pas rasé depuis trois jours et qu'il n'a pas changé ses bandages aujourd'hui. L'homme d'affaires qui l'a mis dans cet état n'y est pas allé de main morte: le sortilège coupant n'aurait été que ça si en plus la chair n'avait pas été maudite en l'effleurant, incitant la blessure à se rouvrir au moindre faux geste. Achim déteste les guérisseurs, médicomages et mages en tout genre, et préfère panser ses plaies de lui-même, avec une bonne dose de patience et de mauvaise foi. Il a bien remarqué une petite amélioration depuis le début de la semaine ceci dit.

>Petite. “ Ne me dis pas que notre royaume s'est écroulé pendant le temps où je t'en ai laissé les clefs, hm? ” fait-il à Kamala en lui adressant un regard en coin, tendant la main pour récupérer la bouteille après qu'elle en ait avalé, ou non, quelques gorgées. Il fronce les sourcils quand elle ne fait pas un mouvement pour la lui rendre. “ Tu t'es fait avoir par le couvre-feu? J'espère que tu ne ramènes pas de miliciens à ma porte et que tu sais que je leur donnerai ta peau sans hésiter au moment venu. ” Ils savent tous les deux que c'est faux. Archi-faux. Achim plongerait la tête en première en Enfers sans hésiter pour elle — le concept lui étant de toutes manières étranger. “ Passe moi la bouteille, Kala.

- ♦ -

i'd rather be your enemy
cash — i forgot what t feels like to regret my sins

Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» cash a vie
» Gagnes plein d'argent sur Cash Cadeaux !
» Gagner chèque cadeau TirGroupé sur Cash-Cadeaux.fr
» coin coin de travail !!!!!ou le canard qui sommeil en vous
» Game Cash (~ Dock Game)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Revelanda Arcanis :: LAND DE BERLIN :: Berlin :: Habitations de Berlin-
Sauter vers: